Accueil du site   Index chronologiques   Chronologie du Rwanda (1867- 1994)

Index chronologiques:

Chronologie du Rwanda (1867- 1994)

Last modified: 8 mars 2010
Emmanuel Viret

mars 2010

Citer cet article

Emmanuel Viret, Chronologie du Rwanda (1867- 1994), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne], publié le 8 mars 2010, consulté le 19 décembre 2014, URL : http://www.massviolence.org/fr/Chronologie-du-Rwanda-1867-1994, ISSN 1961-9898

1917 (juillet) : A la demande du nouveau résident belge Declerk, Musinga proclame la liberté de culte au Rwanda (++Munyarugerero, 2003, 23 ; Reyntjens, 1985, 80).

1919

Une révolte nommée Muyaga (la tempête) éclate dans le Rukiga (HC, 1956, 20).

(mai) : Les ministres belge Orts et britannique Lord Milner signent à Paris un accord amputant le Rwanda- Urundi, accordé à la Belgique du ‘territoire de Gisaka’ d’une superficie d’environ 5000 km2, concédé à la couronne britannique pour la construction du chemin de fer reliant Le Caire au Cap (++Munyarugerero, 2003, 23 ; Reyntjens, 1985, 45)

1922 (28 mai) : Le père Léon Classe est sacré Evêque à Anvers et nommé à la tête du nouveau vicariat apostolique du Rwanda. Durant toute la durée de sa charge, il intervient régulièrement dans la vie politique du Rwanda. Sa première tâche est d’obtenir la réunification du Rwanda et du Gisaka (+Munyarugerero, 2003, p. 23)

1923

Plusieurs groupes hutus du nord refusent de se soumettre à la prestation en travail uburetwa et sont emprisonnés (+Reyntjens, 1985, 135)

1924 (1er janvier) : le Gisaka est réintégré au Rwanda

1925

L’administration belge occupe le Bukunzi, province bénéficiant d’un statut de protectorat au Sud- Ouest du Rwanda. La reine- mère de la région, Nyirandakunze est tuée et le jeune mwami Ngoga meurt emprisonné à Kigali (+Reyntjens, 1985, 101)

1926

Les troupes belges occupent le Busozo, dont le mwami vient de mourir et en confient le commandement à un jeune notable de la cour (+Reyntjens, 1985, 102). Un mouvement messianique dit de Nyiraburumuke, ou de Ndanga soulève les populations du Bugesera et du Gisaka. La force publique mate ce soulèvement en 1927 (+Reyntjens, 1985, 103).

1928 (mars- avril) : Dans les régions du nord, le Ndorwa et le Buberuka, Semaroso, un meneur hutu, se fait passer pour Ndungutse, fils de Rwabugiri, demi- frère de Musinga et conduit une insurection s’appuyant d’abord sur une centaine d’hommes. Ndungutse est proclamé mwami. Le 24 mars, près de deux milles insurgés attaquent la colline de Mukano tenue par le chef Lukeratabaro et sont repoussés. Le lendemain, le Résident belge ordonne une expédition militaire en direction de la zone rebelle. L’attaque a lieu du 31 mars au 3 avril à Kumushuri, près de Muymbu et à Butoro. La rebellion est matée, Semaroso part se réfugier en Ouganda. Six des notables qui avaient pris part à la rebellion se rendent aux autorités belges. Le Résident met fin à l’opération militaire, mais pas à l’occupation militaire de la région qui dure trois ans et demi . Les sources officielles belges estiment que les troubles ont tué 56 personnes (+++Dorsey, 1993, 55- 56 ; HC, 1956, 18 ; Reyntjens, 1985, 102).

1930 (5 janvier) : Le mwami Yuhi Musinga maudit ceux de ses enfants qui oseraient se faire chrétiens (+Munyarugerero, 2003, 30)

(octobre) : Le Bumbogo, région située au nord de Kigali, se soulève. Le calme est restauré par l’intervention de la Mission Catholique de Rulindo. La Force Publique belge n’intervient pas (+Reyntjens, 1985, 103)

1931

La mention ethnique est introduite sur les livrets d’identité détaillant les hommes adultes valides, en vue de recenser les contribuables (+Franche, 1997, 45).

(12 novembre) : le mwami Musinga, considéré comme hostile à l’église catholique, est destitué par le vice- gouverneur Voisin. Il doit lui remettre les insignes et tambours royaux (++ Munyarugerero, 2003, 27 ; Reyntjens, 1985, 89). Son fils Rudahigwa se convertit au catholicisme, entraînant avec lui les dignitaires de la cour.

(15 novembre) : Rudahigwa est proclamé mwami et reçoit son nom de règne, Mutara, de Léon Classe, qui se substitue ainsi aux ritualistes dynastiques abiru . Afin de célébrer son investiture, il fait remplacer les prestations en natures et les corvées fournies par la population pour la personne du roi en une taxe annuelle d’un franc belge (++Munyarugerero, 2003, 28 ; Reyntjens, 1985, 90- 91).

1940 (26 juin) : La résidence d’exil de Musinga est transférée de Kamembe à Moba, à proximité d’Albertville. Le mwami déchu est considéré comme dangereux du fait de l’aspiration d’une faction ‘légitimiste’ à son hypothétique retour aidé par les allemands (+Munyarugerero, 2003, 31)

1943- 1945

Une famine atteint l’ensemble du pays à l’exception notoire du territoire de Cyangugu. Elle est nommée Ruzagayura dans les Territories de Nyanza, Kibungu et Astrida, Matemane dans les territoires de Byumba et Kigali, Gahoro à Gisenyi et Kibuye et Rudakanwg’imishanana à Ruhengeri (+HC, 1956, 12). La famine tue au moins 300 000 personnes et la pression des taxes se fait plus forte sur les survivants (++Linden, 1999, 277 ; Newbury, 1988, 158). Toutefois les estimations du nombre de victimes divergent : selon Lemarchand, l’année 1943, 36 000 personnes meurent de faim (+Lemarchand, 1970, 122).

1946

Le « mandat » accordé par la Société des Nations à la Belgique pour le territoire du Rwanda, devient « tutelle », pour l’Assemblée Générale des Nations Unies (+Reyntjens, 1985, 211).

1949

Le rachat de l’uburetwa, au prix de 19,50 francs par an, devient obligatoire pour tous (++ Newbury, 1988, 146 ; Reyntjens, 1985, 137).

Encyclopédie des violences de masse® - ISSN 1961-9898